3.7.17

Sculpture acier

Voici la dernière née de mes sculptures en métal.
La tête mesure 80 x 50 x 60 cms. On me dit parfois que les visages que je crée me ressemble comme si sans en avoir conscience je me représentais moi-même. C'est la raison du titre que je lui ai donnée : Miroir.


Miroir (trois quart)


Miroir (profil)


Miroir (face)

2.7.17

Visages montages

Depuis plusieurs années, j'explore une autre manière de travailler sur le visage : le montage en relief d'éléments disparates, certains sont dessinés ou peints, d'autres proviennent de collages, d'autres encore utilisent le détournement d'objets récupérés. Il y en a quelques uns dans ce blog au gré des articles. En voici une sélection uniquement sur le sujet.


C'est fini 1


Egérie


Il est temps de changer


Mèche folle


C'est fini 2


Moi sauvage 2


Nez jaune


Rire III


Survoltage


Vieille branche




Vivre vite en Avignon

En décembre dernier, nous avons créé le spectacle "Vivre vite" avec Ricardo Lopez Munoz, metteur en scène, et le théâtre de l'Entonnoir. C'était à Kourou en Guyane. Aujourd'hui, la pièce se joue au festival d'Avignon 2017 à la Chapelle du Verbe Incarné.
A la création, outre les deux acteurs Emmelyne Octavie et Yokiendy Siffrard, toute l'équipe agissait "sur" scène lors des monologues pendant lesquels le public met des casques audio. Les comédiens avaient une trame mais pas de texte précisément établi. Guillaume Feyler construisait l'univers sonore et la musique, Mickael Creusy faisait la régie, Ricardo recomposait la vidéo et moi j'improvisais des textes qui s'affichaient sur l'écran en regard des monologues, le tout en direct. Le caractère performatif du spectacle était un passionnant challenge et un vrai plaisir. Malheureusement pour des raisons techniques et financières, cette singularité n'a pu être maintenue en Avignon et les interventions multiformes ont été enregistrées. Il n'empêche que le spectacle parle en profondeur de la Guyane et de la manière dont les habitants la ressentent. Allez voir. Vous saisirez avec davantage d'acuité les récents événements qui ont ébranlé le territoire...
Article précédent sur ma résidence à Kourou ici


15h25, du 7 au 30 juillet, Chapelle du Verbe Incarné, 21G rue des Lices, Avignon

9.6.17

Sculptures Parc Kellermann

Depuis quatre ans, trois de mes sculptures sont installées dans le bassin du Parc Kellermann à la Poterne des Peupliers, Paris 13è. Hier, j'ai chaussé des cuissardes de jardinier et je les ai inspectées. Elles vont bien comme en témoignent les photos ci-dessous. 

La Parole


Le Cri


Le murmure


Le bassin grouille de vie : carpes de taille respectable, alevins en nombre, insectes aquatiques, poules d'eau, canards... Voilà aussi qui attire de temps à autre une aigrette ou un héron, m'a t-on dit, et les sculptures leurs servent de perchoirs. Les barres verticales plient et se balancent, comme sous l'effet d'un vent fort, ce qui est voulu et anime les visages. On a alors l'impression que les sculptures parlent. Cependant les deux espèces sont lourdes et au moment du décollage l'impulsion qu'elles donnent courbe encore davantage les supports. Je voulais m'assurer que rien n'était déformé. 



Une libellule sur la lèvre supérieure du Cri

Vue d'ensemble

Le lieu est situé au pied du périphérique. On se dit en regardant le plan de Paris que le bruit doit y être infernal et l'atmosphère irrespirable. C'est tout le contraire. Les gens du quartier ne s'y trompent pas. Le Parc Kellermann est un havre de paix où il fait bon déambuler, lire sur un banc ou simplement réfléchir au temps qui passe.

3.6.17

Résidence à La Valette

Je reviens tout juste d'une résidence au collège Alphonse Daudet de La Valette dans le Var. J'ai travaillé avec les élèves autour du monstre et du voyage, en clin d'oeil à Ulysse. Par ailleurs, le principal, Monsieur Gérard Leca, m'a proposé comme support des rouleaux de toile de 3 mètres par 60 centimètres, faciles à suspendre, et m'a dit : il y a un mur tout blanc au collège, vous pourriez faire quelque chose avec ça ? Format inhabituel, commande inattendue, je me devais de relever le défi. Questionner les collégiens et les enseignants, tel a été le but que je me suis fixé. Ci-dessous quelques esquisses : 

Quatre visages

Cri orange

Cri rouge

Cri trois couleurs


La première acrylique effectuée "grandeur nature", c'est le cri noir et jaune. Les réactions ont été immédiates. Dès le lundi, le professeur d'arts plastiques a emmené chacune de ses classes devant le visage et a demandé aux élèves de faire analyses et commentaires. 
Puis j'ai continué. Voici ces acryliques les unes à côté des autres, suspendues ainsi provisoirement. 
Il y a besoin de davantage d'espace entre chacune. Elles seront accrochées à leur place définitive durant l'été. Je vous laisse les découvrir.



22.3.17

Exposition, Paris capitale verte de demain

L'association In Cité m'a demandé de participer à l'exposition de Paris, capitale verte de demain? Le contenu est clair. Je vous invite à vous rendre à l'Aiguillage Galerie, ainsi qu'à naviguer sur les liens ci-dessous pour avoir de plus amples explications : 




Je suis ravi d'exposer à cette occasion deux oeuvres qui me tiennent à coeur. Tout d'abord la Valise à cris évolutive. Celle-ci a été créé en 2015 à partir d'objets récupérés dans les poubelles de mon immeuble, puis présentée dans le hall de ce même immeuble. 


Valise à cris, version janvier 2015


Certains habitants ont déposé de nouveaux objets que j'ai gardés. J'ai alors fait évoluer la valise pour aboutir à la nouvelle version d'aujourd'hui (mars 2017). Des instructions permettent au public de l'utiliser à bon escient : 


1. Agitez la "berdance" pour prévenir
2. Prenez la poignée de la valise main gauche
3. Pensez à ce que vous possédez et qui ne sert à rien
4. Criez, ça débarrasse 
5. Plus léger ? Adresse de la déchetterie près de chez vous
sur www.eco-systeme.fr/recyclage/paris
6. En option : déposez un objet à recycler qui entrera dans 
la valise à cris lors d'une prochaine exposition.


Valise à cris, version mar 2017

J'espère récupérer de nouveaux objets me permettant de continuer. N'hésitez pas à me contacter par le biais de ce blog si vous voulez participer à cette collecte...

La deuxième oeuvre que j'expose, c'est la Casserole à cris monde dont j'ai déjà parlé dans ce blog ici


10.3.17

Exposition collective à la Mairie du 5ème

J'expose à la mairie du 5ème arrondissement avec les amis des Lézarts de la Bièvre. Hier c'était le vernissage. J'ai été chargé, en amont, de la scénographie et de l'accrochage, une tâche compliquée étant donné les univers différents, parfois antinomiques, de la cinquantaine d'artistes mobilisés. L'enjeu était que malgré cela les oeuvres dialoguent entre elles.




http://lezarts-bievre.com/
Pour ma part, je propose trois Cri-monde dans la lignée de mon travail actuel. L'exposition dure jusqu'au 18 mars. Venez nous voir.

Cri monde 50

Cri monde 94

Cri monde 95

Liens pour visualiser d'autres cri-mondehttps://brunoallain.blogspot.fr/2016/06/cri-monde-3.html

31.1.17

Bal littéraire

Le 28 janvier dernier, Agnès, Emilie, Emmanuelle et moi-même avons donné notre premier bal littéraire à la demande de Yann Moullec du CR10 (Espace Jemmapes).




Il s'agissait dans un premier temps d'arpenter les rues du 10ème arrondissement, de s'en imprégner, d'écouter ce que la ville avait "à nous dire", d'écrire nos impressions, de poursuivre jusqu'à ce que des personnages apparaissent et que naissent des histoires. Nous avons enfin construit un déroulé où la fin de chaque séquence annonce le titre de la musique à suivre... et surtout à danser.




Ça a été un vrai plaisir de créer ce bal littéraire. La succession lecture des textes et danse s'est faite tout naturellement et les spectateurs ont montré combien ils appréciaient le concept.
Je suis friand de ce type de résidence qui amène à écrire à partir du territoire. Nous n'avions que quatre jours. Etre à l'affut des étonnements que l'extérieur provoque en moi et les transcrire au plus près du ressenti est un vrai challenge. A titre d'exemple, voici ci-dessous le texte que j'ai écrit et qui ouvrait le bal :

Voie 9
Café crème
Prochain départ destination Berlin
Vent glacial sous le hall de la gare
J'attends
Quoi ? Je ne sais pas
Une femme, pantalon gris, tombe en pleurs
Une seconde la voilà centre du monde
Et la gare toute entière tourne autour d'elle
Et le ciel idem avec l'Etoile Polaire
Il y a ceux qui partent
Il y a ceux qui restent
Moi j'ouvre le journal sans le lire
Je regarde
Le carnaval des voyageurs
Des rendez-vous
Des serments
Ceux d'une heure
Ceux d'une vie
Je t'aime
Ne m'oublie pas
Ils s'enlacent
Ils s'embrassent
Ils s'entassent
Ils s'enchâssent
Et tout autour la foule à marée haute
Je ne pars pas
Je ne reste pas
Je viens souvent pourtant
Sur le quai de la gare
Humer l'air
Comme si moi aussi Varsovie Moscou Valdivostok
Rêver
Etre quelqu'un d'autre
Toujours sur un pied
Et une place première classe comme chambre à coucher
Scruter les départs
Les déchirements
Je t'aime 
Ne m'oublie pas
Les bascules
Les évidences
Vous savez au moment où tout change
On s'engage
On ne sait pas pourquoi
On se dit : ça suffit
Et on ne reste pas
On part
Avec appréhension
Avec joie
Les deux en instantané
Pas de valise pas de balise
Juste aller voir là-bas
Ou plus loin encore au delà de l'horizon
En chacun de nous, vous savez, 
Sommeille le nomade incertain que nous étions à l'aube des temps
Je t'aime ne m'oublie pas.



9.1.17

Paysages urbains

Depuis novembre 2016, "Paysages urbains" est publié sur le site publie.net dans une version revue, corrigée et augmentée de plusieurs illustrations. Il s'agit d'une déambulation à la fois dans la ville à la fois dans mes propres méandres intérieurs. C'est un grand plaisir de voir ce texte remis sur le devant de la scène. Un grand merci à Guillaume Vissac et à Roxane Lecomte.




Il existe deux présentations tout à fait passionnantes de l'ouvrage. Voici les liens :
Bonne lecture !

Nouvelle résidence à Kourou

A l'invitation du théâtre de l'Entonnoir, j'ai été en résidence pendant deux mois à Kourou en Guyane. Le travail s'est avéré intense et passionnant, ce qui explique l'absence d'articles dans ce blog sur la fin de l'année 2016. Avec le metteur en scène Ricardo Lopez Munoz et toute l'équipe, nous avons mené trois projets : une création avec deux acteurs guyanais intitulée "Vivre vite", une création avec 70 lycéens, et enfin un accompagnement de 10 jeunes gens en réinsertion.
Pour les besoins de la scénographie de "Vivre vite", je suis retourné au lycée Elie Castor où j'avais été en résidence en 2012. Avec Florent Escarnot, professeur en ébénisterie, nous avons amené les élèves de 3ème prépapro à construire des têtes en bois dont voici un aperçu.

Vivre vite, cinq têtes en angélique

Elles sont à taille humaine. Pendant le spectacle, les têtes s'animaient grâce à un mapping vidéo mis au point par Guillaume Feyler qui nous accompagnait dans cette aventure. C'est le même visage qui est projeté sur les têtes, on a pourtant le sentiment qu'il ne s'agit pas de la même personne.

Vivre vite, têtes et mapping vidéo

D'autres articles sur cette résidence suivront.
Ici le lien avec le Théâtre de l'Entonnoir
Ici les liens avec de précédentes résidences à Kourou un et deux

1.1.17

Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Ghislaine Dupont et Claude Vernon sont les deux journalistes qui ont été assassinés au Mali, il y a trois ans. Leurs amis ont fondé une association pour lutter contre l'oubli et comprendre ce qui s'est réellement passé. Ils ont décidé de monter une exposition en sollicitant des dessinateurs et des caricaturistes. Ils m'ont fait l'honneur de me demander d'y participer. Voici ce que je leur ai proposé :

Toujours ils disent, 2016, encre, crayon et correcteur

L'oeuvre est dans la lignée de mes "cri-monde". Dans la partie blanche au-dessus de la signature, le dessin au correcteur est en blanc sur blanc. Il se devine parfaitement sur l'original mais disparaît sur la reproduction ci-dessus. 
Ma manière à moi de souligner que, même si certains oublient, ils disent toujours...
Je suis fier d'ouvrir l'année 2017 avec un tel article. Dans un monde qui se crispe, il est indispensable de prôner encore et toujours l'ouverture, l'humanisme et la générosité. Je vous invite à consulter le site des amis de Ghislaine Dupont et Claude Vernon.